Est-ce une bonne ou une mauvaise idée de prendre un crédit en 2021 ?

25 0

Pour les particuliers, certes, le mois de janvier est généralement le plus dur à passer. Mais pour certains, même en ce second mois de l’année 2021, les choses sont compliquées. Ils sont donc tentés de souscrire à un crédit. Chose que déconseillent pourtant les experts financiers. Et voici pourquoi. 

Les banques sont beaucoup trop exigeantes

Depuis le début de 2021, une chose est sûre: les banques sont cette année plus exigeantes et plus méfiantes envers les emprunteurs. Et pour cause, à cause de la liberté qu’elles ont octroyée lors de l’année 2020 et après les confinements qui se sont succédé en Belgique, elles doivent faire face actuellement à des impayés. Quelques emprunteurs qui ont perdu leur revenu, ou du moins une partie ne peuvent plus honorer leur dette. Les demandes de rachat de crédit s’accumulent. En effet, pour prévenir le surendettement, certains préfèrent faire racheter leurs emprunts d’avance, et ce, notamment sous les conseils avisés de leur agence de comptabilité à Bruxelles. Pour en savoir plus, rendez-vous sur ce site.

Désormais, pour avoir un crédit, vous allez devoir non seulement justifier votre capacité de remboursement par un fort revenu, mais aussi par une stabilité de votre poste sur le long terme. À cela s’ajoutent bien évidemment des garanties de remboursement optimales. Les assurances emprunteurs seules ne suffisent plus. Pour augmenter vos chances d’obtenir un emprunt, vous allez devoir aussi verser des apports personnels de l’ordre de 15 à 30%, voire fournir des garanties personnelles ou réelles de bon paiement de la dette.  

Les risques de surendettement sont plus importants

Mais pour les emprunteurs aussi, une demande de crédit en ce début d’année 2021 ne serait pas une si bonne idée. Et pour cause, les experts en comptabilité à Bruxelles prévoient encore d’autres conséquences des confinements qui se sont succédé. Et encore, en Belgique, comme ailleurs, la crise sanitaire n’est pas finie. Il y a toujours un trop gros risque de surendettement. Le mieux est donc de s’abstenir.

Les analystes du marché prévoient une augmentation du taux de chômage au cours de cette année encore.  Il y a aussi la fermeture de certains établissements qui ont d’ores et déjà du mal à tenir la tête hors de l’eau. Si les banques accumulent les demandes de rachat de crédit en ce début d’année, le pic de la tendance ne sera pas attendu avant le second trimestre. La situation économique en Belgique laisse fortement encore à désirer pour se risquer à prendre un nouvel emprunt. 

Mais comment financer alors les dépenses sans l’aide des banques? Selon les experts comptables, il est préférable pour le moment de faire jouer les réserves que de conclure un autre emprunt. Ce peut être les épargnes, les revenus de vos anciens placements qui ont eu la chance de survivre à la crise, etc. Une modification de votre manière de dépenser serait aussi de mise. Ce n’est pas le bon moment pour investir par exemple dans de nouveaux placements. Inutile de vous endetter pour ce faire. 

Faire racheter les emprunts que vous avez déjà

Pour prévenir les situations qui risquent d’être compliquées incessamment sous peu, il est conseillé de suivre d’ores et déjà la nouvelle tendance : le rachat de crédit. Cela vous permettra de pallier des imprévus au cours de l’année et de réduire vos mensualités de manière considérable. 

Attention toutefois, ce ne sont pas toutes les offres de rachat de crédit qui en valent la peine. Et pour cause, certaines banques ne proposent ni de meilleures mensualités ni de meilleures conditions de recouvrement que celles dont vous bénéficiez déjà. Si ce n’est pour apporter véritablement des changements dans vos charges, ce n’est pas la peine de dépenser de l’énergie pour un rachat de crédit. Autrement dit, quand vous comparez les offres, pensez aussi à le faire par rapport à votre contrat actuel.