La vidéo surveillance sans fil, un système bien encadré par la loi

92 0

La vidéo protection ou la vidéo surveillance rassemble de différents moyens techniques permettant de surveiller à distance ce qui se passe chez soi. Grâce à l’avancée technologique, les dispositifs utilisés sont de plus en plus performants. Aujourd’hui, il suffit d’une caméra Wifi et d’un smartphone pour mettre en œuvre ce système de surveillance. Toutefois, il faut rester attentif quant à l’utilisation d’une caméra sans fil. En effet, celle-ci est encadrée de manière précise par la loi. Cette dernière est relative à la protection de la vie privée d’autrui. Avant de mettre en place une vidéosurveillance, veillez donc à connaître certaines informations indispensables.

Les principes d’une vidéo surveillance sans fil

Le principe d’une vidéo surveillance est assez simple. Vous avez tout à fait le droit d’installer des caméras chez vous pour surveiller votre propriété. Cependant, veillez à ne filmer ni enregistrer l’image de tiers. Par exemple, en France, la loi interdit l’orientation d’une caméra sans fil vers la voie publique. L’objectif étant d’éviter de filmer les passants. Ainsi, si vous choisissez d’installer une caméra extérieure dotée d’un optique grand-angle, assurez-vous que le champ de vision de votre appareil n’empiète pas sur la rue ou sur la propriété de vos voisins (balcon, jardin…).

Pour la surveillance intérieure, il n’y a pas des règles spécifiques. Vous pouvez y installer le dispositif de votre choix, que ce soit une caméra IP sans fil, un modèle filaire connecté à un enregistreur, une caméra dôme ou espion. Autrement dit, il n’existe pas de restriction particulière quant aux possibilités techniques de l’équipement. Il est possible d’ajouter à sa guise des composants complémentaires. Entre autres, vous pourrez associer votre caméra haute définition à un projecteur infrarouge ou opter pour un écran LCD de contrôle.

Toutefois, il y a une limite à la vidéo protection à l’intérieur d’une habitation. En effet, il est impératif d’informer les personnes extérieures travaillant dans  votre foyer de la présence d’une caméra. Aussi, il n’est pas autorisé d’utiliser le dispositif de sécurité maison continuellement. Entre autres, vous n’avez pas le droit de surveiller à distance la nourrice ou d’analyser le comportement d’une ménagère avec une caméra discrète.

Quelle est la différence entre la vidéo surveillance et la télésurveillance ?

La vidéo surveillance peut constituer un complément efficace à un système d’alarme. Dans ce cas, la caméra est connectée avec la centrale d’alarme. Cela permet de visualiser à distance les images ou activer un enregistrement. Quant à la télésurveillance, celle-ci exploite les mêmes équipements, mais sans risque d’atteinte à la vie privée des passants et des occupants. Elle est, en effet, un service de surveillance auquel le résidant est abonné. Elle ne peut se connecter à votre système d’alarme qu’en cas d’alerte. Concrètement, quand l’alarme détecte une intrusion, un signal est transmis au centre de télésurveillance. Ce dernier utilise les images pour vérifier la présence d’un danger. En dehors de certaines circonstances précises, les opérateurs n’ont pas accès à votre système d’alarme, et donc aux images de votre vidéosurveillance.