Impacts et limites du micro-crédit

791 0

Les données tirées d’évaluations randomisées dans les pays à revenu faible ou intermédiaire montrent que l’octroi de petits prêts sous forme de microcrédit n’a pas entraîné d’impacts transformateurs sur le revenu ou la consommation à long terme en moyenne, mais a aidé les ménages à mieux gérer leurs choix financiers. La demande de nombreux produits de microcrédit était modeste. Les gens utilisaient souvent des fonds pour la consommation plutôt que des investissements entrepreneuriaux, ce qui suggère qu’il y avait un rendement élevé du crédit non entrepreneurial. Les innovations visant à cibler les entrepreneurs à fort potentiel et à offrir des produits de prêt plus flexibles peuvent conduire à des investissements entrepreneuriaux à haut rendement.

Constat prioritaire

De nombreux décideurs politiques s’intéressent à l’entrepreneuriat en tant que voie potentielle de sortie de la pauvreté, et plusieurs études récentes montrent que les petits entrepreneurs ont accès à des investissements à haut rendement. Pourtant, les ménages à faible revenu ont historiquement eu un accès limité aux services financiers tels que le micro-crédit, l’épargne et les produits d’assurance qui pourraient conduire à une augmentation des investissements. Le microcrédit a été conçu pour surmonter les défaillances du marché du crédit et aider les emprunteurs à faible revenu à profiter d’opportunités d’investissement. Il a élargi l’accès au crédit dans le monde entier, généralement sous la forme de prêts aux petites entreprises avec des taux d’intérêt relativement élevés et des remboursements de prêts immédiats toutes les deux semaines. En 2019, 211 millions de personnes dans le monde avaient déjà emprunté auprès d’une institution de microcrédit, dont 114 millions vivaient dans une pauvreté extrême.

Visitez https://www.micro-credit.biz/ pour approfondir sur le sujet.

Un examen de sept évaluations randomisées dans des pays à revenu faible ou intermédiaire a révélé que le modèle traditionnel de micro-crédit ne facilitait pas les investissements à haut rendement parmi les pauvres ou ne conduisait pas à des résultats transformateurs en moyenne pour le revenu ou la consommation à long terme. La demande de microcrédit était plus modeste que ne l’avaient prétendu nombre de ses défenseurs, dans la plupart des cas, les investissements n’ont pas entraîné d’augmentation des bénéfices et il n’y a pas eu d’augmentation des revenus moyens des ménages. Cependant, le microcrédit n’a pas entraîné d’effets néfastes généralisés et a aidé les ménages à mieux gérer leurs choix financiers. Les bailleurs de fonds ayant pour objectif de soutenir la réduction de la pauvreté ne devraient pas financer ou subventionner les prêts de microcrédit traditionnels, mais devraient plutôt soutenir les innovations en matière de ciblage, de conception de produits et de protection des consommateurs.

Qu’est-ce qui a dérapé ?

Il existe plusieurs explications potentielles à l’impact limité du micro-crédit traditionnel sur le revenu et la consommation à long terme, que cette analyse politique et les suivantes examineront tour à tour. Premièrement, tous les emprunteurs peuvent ne pas avoir accès à des opportunités d’investissement à haut rendement ou ne pas vouloir les saisir. En effet, les prêts destinés à des emprunteurs spécifiques, les entrepreneurs à fort potentiel, semblent prometteurs pour augmenter les revenus.

En outre, de nombreux emprunteurs utilisent des prêts à la consommation plutôt que des investissements, ce qui suggère qu’il y a d’autres rendements non entrepreneuriaux à ces produits. Les micro-crédits ont également tendance à être coûteux à fournir et coûteux pour les emprunteurs à faible revenu, bien que les innovations de produits et de marché puissent faciliter les prêts des banques à moindre coût. En outre, les prêts peuvent ne pas être structurés de manière à faciliter les investissements à haut rendement. Dans ces cas, des modifications de la conception du produit pour mieux répondre aux besoins de trésorerie des emprunteurs peuvent aider, comme des changements dans le calendrier ou la fréquence de remboursement des prêts. Enfin, les problèmes de gestion des risques peuvent limiter l’impact du microcrédit.