Comment faire face à la mort du chien de la famille ?

67 0

Faire le deuil de son chien n’est jamais facile pour une famille. Il a occupé une grande place dans votre vie, il a apporté beaucoup de joie et de bonheur à vos enfants, il était toujours là pour vous écouter dans les moments difficiles de la vie… Autant d’émotions qu’il faut savoir digérer. Certes, son absence sera douloureuse, mais il faut y faire face. Pour bien gérer le deuil de votre animal, voici un guide qui peut vous aider !

Accepter la réalité

La première chose à faire est de ne pas nier la réalité. Que votre chien de compagnie soit mort de façon naturelle ou après une décision pour ne pas le laisser dans ses souffrances, vous devrez accepter les faits. 

Donc, dès le premier jour, vous devrez débarrasser de votre vue ce qui peut vous rappeler votre chien : son espace, son panier, ses jouets, sa couverture, ses gamelles, etc. Si vous n’y arrivez pas, demandez à quelqu’un d’autre de le faire pour vous ! Idem pour ses croquettes et ses bâtons. Croyez-le : vous n’allez que vous faire du mal en conservant toutes ces choses chez vous.

Pour Denis, créateur du site Be Happy Jodie : « Pas besoin de tout jeter. Gardez-les à la cave et vous pourrez les ressortir quand vous aurez de nouveau un chiot dans la maison. »

Autre réalité : essayez toujours d’exprimer vos émotions, même si votre entourage est incompréhensif. C’est une possibilité, vos voisins ou les autres membres de famille ne peuvent pas forcément comprendre votre chagrin, car ils n’ont pas vécu avec le chien. Quoi qu’il en soit, n’hésitez pas à extérioriser vos émotions. Si vous avez envie de crier ou de pleurer, n’hésitez surtout pas !

Savoir expliquer la mort du chien à ses enfants

Si la mort de votre chien peut vous faire la peine, sachez qu’un enfant sera beaucoup plus bouleversé que vous. Ainsi, il est important de savoir lui annoncer la mauvaise nouvelle. L’erreur à éviter, c’est de lui mentir. Il ne faut pas dire que le chien s’est enfui ou qu’il a changé de famille ou autre mensonge.

Il faut lui dire la vérité si vous ne voulez pas que votre enfant se culpabilise. Toutefois, il faut utiliser les mots « justes » et avec un ton plus affectueux. Oubliez tout ce qui est métaphore comme « il est parti au ciel » ou autres. Dites-lui qu’il est mort ou qu’il est décédé, mais en plus de cela, il faut savoir lui expliquer les raisons de sa mort. En effet, votre enfant doit savoir tout sur son meilleur ami.

Il ne faut pas non plus vous montrer fort devant votre enfant. Sinon, il risque de vous considérer comme insensible. Au contraire, vous devrez partager votre peine avec lui, vous raconter les moments forts passés avec le chien, etc.

Alors, faut-il montrer le corps à son enfant ou pas ? C’est assez délicat ! Le mieux serait de demander l’avis de votre enfant. Ainsi, quel que soit l’état du corps, il peut se préparer à le rencontrer pour la dernière fois. Et c’est justement le plus important : votre enfant doit être soutenu pour digérer ses émotions !

Préparer une cérémonie funéraire

Ainsi, il est conseillé de donner à votre enfant l’occasion de rendre hommage à son chien. N’hésitez pas à lui demander son avis : l’enterrement ou l’incinération. Ensuite, toute la famille doit se mettre d’accord sur un choix sans pour autant négliger les obligations légales.

En effet, le corps du chien doit peser moins 40 kg si vous souhaitez l’enterrer dans votre jardin. Dans ce cas, il faut respecter quelques conditions prévues dans l’article L.226-1 et L.226-2 du Code rural : il faut l’enterrer à une distance de plus de 35 m de l’habitation et à une profondeur de plus de 1,20 m. Aussi, le corps doit être recouvert de chaux vive. Sinon, vous pouvez également choisir un cimetière pour animaux. Rendez-vous auprès de votre vétérinaire pour plus d’informations.

Si vous choisissez l’incinération, vous avez deux choix : l’incinération individuelle ou l’incinération collective. Pour le premier choix, vous pourrez récupérer les cendres de l’animal et pour le second, le corps sera incinéré avec d’autres animaux et les cendres seront dispersées dans un jardin de souvenir.

Mais si l’on a un choix assez restreint sur ce point, il est tout à fait possible d’envisager une cérémonie funéraire pour rendre hommage à votre chien. Vous pouvez également placer une pierre avec son nom dans votre jardin ou dans un coin préféré de votre animal à la maison. L’objectif ici est de donner à chaque membre de famille l’occasion de rendre hommage à cet animal de compagnie.

Ne pas se presser à une nouvelle adoption

Autre point important : il ne faut pas adopter un chien trop rapidement après le décès de votre ami à quatre pattes. En effet, cela ne va pas le remplacer, parce qu’il est « unique ». D’autant plus que vous risquez de faire des erreurs lors de l’éducation de votre nouveau chien. Soit vous serez trop possessif, soit vous voulez qu’il ressemble au chien défunt.

Le mieux serait de laisser le temps passer et d’attendre que vous soyez prêts à tourner la page. Si vous manquez de présence canine, intervenez dans une association comme la SPA. Aussi, il est important de se parler en famille et de partager les bons souvenirs de votre chien à la maison pour accélérer le processus de « guérison ». Cela permet à tout le monde de savoir à quel moment il faut reprendre un chien.