Partager son mariage sur le web

287 0

Avec Facebook, Instagram, iCloud ou encore Dropbox, ce sont de nombreux applications et services en ligne qui permettent de partager des photos sur le web. Mais lorsqu’il s’agit de photos ou de vidéos (avec Youtube par exemple) aussi précieuses que des souvenirs de jeunes mariés, il est préférable d’avoir recours à un service de partage privé.

Premièrement, lorsqu’on créé un album photo sur les réseaux sociaux, même lorsqu’on prend le soin de créer un album dit « privé », outre les risques liés à la vie privée et au risque de piratage, cela oblige les proches et invités avec qui l’on souhaite partager son mariage à posséder eux aussi un compte sur la plateforme en question. Pas simple et assez contraignant. Les invités n’ayant pas de compte Facebook ou Instagram ne pourront pas accéder à vos souvenirs de mariage.

Ensuite, il existe de nombreux risques concernant le devenir de vos albums photos ou de vidéos. Dès lors où l’on utilise un de ces services américains pour partager ses photos, on peut considérer que tôt ou tard, ces photos tomberont dans le domaine public et risquent d’être visibles par n’importe qui.

Encore pire, les photos peuvent être volées et utilisées sans même que l’utilisateur aient donné son consentement. Lorsqu’il s’agit de photos personnelles, il est évident que ce n’est pas la bonne solution. Partager son mariage sur le web est légitime, encore faut-il prendre soin de bien choisir la plateforme où l’on va publier son mariage…

Facebook, Instagram, iCloud…

Quels sont les risques ? Ils sont nombreux et variés. Des articles de nombreux journaux et médias alertent les internautes sur les probables déconvenues qui peuvent intervenir lors de l’utilisation de ces sites.

 

 

Facebook, pour ne citer que le plus connu, permet même à ses utilisateurs de savoir si son compte a été piraté. « Piratage Facebook: vous pouvez désormais savoir si votre compte a été piraté » dans l’article du HuffPost détaille ce que la plateforme a mis en place, et ça fait froid dans le dos. Partager son mariage sur internet et les réseaux sociaux est risqué, ce n’est pas une nouveauté.

« Par ailleurs, le réseau social a indiqué qu’il enverrait des messages personnalisés aux victimes dans les prochains jours pour leur indiquer ce qui a précisément été compromis et pour leur donner des conseils utiles pour mieux se protéger. »

Outre le peu de protection concernant la vie privée, mais également les failles de sécurité nombreux et fréquentes auxquelles les utilisateurs sont confrontés (lire l’article ici) les réseaux sociaux ne conviennent pas et engendrent à court et moyen terme un grand nombre de risques.

 

Créer son blog de mariage privé ?

Si vous ne connaissiez pas encore cette alternative sécurisée pour partager votre mariage, sachez qu’elle est encore peu connue, mais que ce type de plateforme privée offre de nombreux avantages.

C’est un blog de mariage privé que propose le site www.partagephotos.com : on peut aussi bien partager des albums photos que des vidéos et surtout, le blog est personnalisable si on le souhaite.

La création d’un espace (de type blog photos/vidéos) privatif, invisible sur les moteurs de recherche, uniquement accessible par les proches munis d’une invitation et d’un mot de passe, offre de nombreuses fonctionnalités simples à utiliser et vraiment très pratiques pour partager albums photos de sa famille, des vidéos du mariage, des préparatifs, ou encore de différentes sections adaptées à un mariage. En somme, un service de partage de photos de mariage sécurisé, sans mauvaise surprise, sans publicité, ni utilisation de vos données. On n’a vraiment pas l’habitude de cela sur le web…

On peut créer également un trombinoscope des invités, une section « informations utiles », un livre d’or ou encore créer un mini blog.

En quelques clics et sans rien connaitre à la programmation, il est désormais facile de partager ses souvenirs de jeunes mariés avec ses proches, sa famille et bien sûr, ses invités, afin de partager sereinement, l’un des plus beaux moments de sa vie.