Le diesel a-t-il encore de beaux jours devant lui ?

193 0

Le mouvement des gilets-jaunes a obligé le gouvernement à reculer, entre autres sur l’alignement de la fiscalité essence-diesel prévu pour janvier 2019. Mais comme le relèvent un certain nombre d’observateurs, des zones d’ombre subsistent, notamment sur les éventuelles mesures fiscales pour 2020 et au-delà. Mais alors, la fiscalité est-elle la solution pertinente pour faire face à la pollution de vieux diesels ? Sur le terrain, des initiatives, plutôt éparses, démontrent que d’autres voies sont possibles.

L’alignement de la fiscalité essence-diesel nous pend-il au nez ?

Le gouvernement se donne trois mois pour consulter l’ensemble de la société française, au travers d’un grand débat national doit s’organiser partout sur le territoire. Toutes les questions devront être sur la table, à commencer par la fiscalité écologique. Oui, le gouvernement ne peut pas tirer (définitivement) un trait sur une recette fiscale qu’il avait inscrite dans le projet de loi de finances… Sauf peut-être à considérer que les caisses de l’Etat sont un puits sans fond, que la France peut laisser filer le déficit sans se faire taper sur les doigts par Bruxelles, que le gouvernement peut se permettre de léguer à la génération suivante une dette intenable pour l’économie.

Pour autant, de l’aveu même de l’Exécutif, il y a une autre voie particulièrement intéressante : l’indemnité kilométrique.

La défiscalisation des indemnités kilométriques

Il s’agit d’une promesse formulée par le président de la République en personne. Valérie Pécresse a expliqué sur RMC les modalités de cette indemnité pour les Franciliens : « Il faut que l’Etat m’autorise à faire un fichier régional sur lequel les covoitureurs viendront s’inscrire. Et je ferai un partenariat avec les sociétés de covoiturage. Elles me diront si les covoitureurs sont bien inscrits sur leurs plateformes et s’ils ont bien accepté des passagers – il faudra proposer dix trajets par mois et accepter au moins 50 % des demandes qui sont faites. »

Changer les moteurs des vieux diesels

C’est aussi une autre voie, une alternative à ce que certains appellent « l’écologie punitive ». L’idée est qu’au lieu d’inciter les Français à changer leurs vieux diesels, on leur demande plutôt de changer le moteur, à partir du moment où le châssis est encore en bon état. Une telle initiative serait nettement moins onéreuse pour les ménages.

Après l’indemnité kilométrique, qui concerne le covoiturage, l’éventuellement incitation au changement de moteur, il y a également la location.

La location, une option doublement vertueuse

La location voiture est avantageuse sur le plan économique. D’autant que les mensualités comprennent généralement les frais de maintenance. En outre, de nombreuses sociétés de location proposent de modifier le contrat lorsque les besoins du locataire évoluent. L’autre avantage est d’ordre écologique. La location permet aux Français de rouler avec des véhicules neufs, bien moins polluants, et pourquoi, avec des véhicules électriques ou hybrides.