Respirez de l’air pur dans vos maisons

421 0

Du bureau à la maison, la plupart des personnes passent en moyenne 80% de leur temps dans des endroits fermées. Il faut donc mettre en place des solutions de confort efficace pour avoir une bonne qualité de l’air à l’intérieur de ces pièces, afin d’éviter des problèmes de santé.

Pourquoi améliorer la qualité de l’air intérieur ?

Rendre l’air plus pur est une problématique majeure dans les espaces clos, qu’il s’agisse de logements, d’écoles, de bureaux, d’administrations, des transports ou des lieux de spectacle. Alors, comment améliorer la qualité de l’air intérieur dans ce cas ? La meilleure solution est de faire installer un système de climatisation qui rafraichit et nettoie l’air de votre maison à Nîmes (30). Cette ville occitane est d’ailleurs réputée grâce à son ensoleillement parfait qui rend très chaud en été dans la maison. Ses nombreux espaces verts en fait un charme qui contraste avec ce climat.

Les risques de la pollution de l’air intérieur

Une mauvaise qualité de l’air intérieur est susceptible de favoriser des problèmes de somnolence, une gêne olfactive, des maux d’yeux, des problèmes respiratoires, l’asthme ou encore des irritations cutanées.

Elle peut provoquer des cancers de poumon, ainsi que des intoxications invalidantes et mortelles. C’est la raison pour laquelle le législateur à mis en place des mesures de confort à adopter dans toutes les constructions.

L’observatoire de la qualité de l’air intérieur

L’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur ou OQAI est un département du ministère du logement qui sensibilise les populations sur les dangers liés à la pollution de l’air intérieur des bâtiments. L’organisme travaille en collaboration avec l’Ademe, le centre national et technique du bâtiment, les ministères en charge de la santé et de l’écologie, ainsi que l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.

L’OQAI réalise des recherches sur les polluants qui pourraient affecter la pureté de l’air dans le parc immobilier d’une zone géographique donnée, afin de gérer au mieux les risques sanitaires associés.

Optimiser la qualité de l’air dans les bâtiments

La RT 2012 fixe des dispositions pour limiter les émissions de gaz à effet de serre des bâtiments, leur consommation d’énergie et la déperdition relative au fonctionnement du système de ventilation. Ces mesures visent à maintenir une bonne qualité de l’air dans les maisons et d’assurer un renouvellement d’air efficace.

Désormais, les professionnels du bâtiment doivent miser sur des matériaux et produits peu émissifs, notamment les isolants, les revêtements, les vernis, les peintures et autres éléments exposés directement à l’air intérieur de la maison. A cela s’ajoutent les gaz dégagés par les appareils de combustion comme les poêles, les chaudières et les chauffe-eaux. Ces produits font l’objet d’étiquetage allant de A à C indiquant le niveau d’émission de gaz nocifs pour l’homme.

Une loi datée de 1982 oblige les propriétaires à mettre en place des systèmes de ventilation naturelle ou mécanique dans les maisons pour y garantir un air sain. Les bâtiments construits avant cette date ne sont ventilés que par les ouvertures des fenêtres ou par infiltration. Ils doivent être rénovés par des professionnels qui maîtrisent les besoins en ventilation des logements.

L’amélioration de la qualité d’air n’incombe pas seulement aux propriétaires et aux professionnels du bâtiment. Les résidents ont une part importante, notamment dans la disposition des mobiliers ou le choix des produits d’entretien. Ils doivent par exemple aérer le logement et ne pas fumer de cigarette à l’intérieur.