Quels sont les fonds pour racheter une entreprise ?

858 0

L’aventure entrepreneuriale a le vent en poupe et dans ce marché on compte une grande partie de transmissions d’entreprises. Ce volet méconnu recouvre autant de situations qu’il y a d’entrepreneurs, qui doivent tous mettre en place un plan de financement.  Cette étape est indispensable et doit être réfléchie bien en amont du projet. Nous vous donnons quelques conseils pour identifier les ressources de financement.

Une holding de reprise

En matière de financement d’entreprise, il s’agit du montage le plus rentable fiscalement et intelligent. L’acquéreur fait racheter par cette société de holding l’entreprise qu’il convoite, appelée société cible.  Le crédit sera souscrit par la holding à la place du repreneur physique, les dividendes dégagées par la société cible ainsi acquise permettront à la holding de financer les mensualités du prêt. Cependant il est souvent demande au repreneur de lever une partie en fonds propres à hauteur de 30% de la somme totale. Le principe mère-fille s’applique à la holding et à l’entreprise rachetée, permettant l’exonération fiscale des dividendes de cette dernière.

Si vous désirez en savoir plus sur ce type de montage financier, n’hésitez pas à lire cet article des Echos entrepreneurs sur le sujet.

Les banques

Les établissements financiers sont souvent frileux quand il s’agit d’accorder des crédits de ce type. Leurs critères d’attribution des prêts répondent à des normes rigoureuses. Il faut donc venir en ayant déjà levé des fonds qui viendront consolider cette demande. Il est aussi impératif de leur présenter un solide business plan. Les banques s’attachent à étudier votre requête en se penchant à la fois sur vous et sur l’entreprise à reprendre, le remboursement du crédit accordé ne doit pas excéder plus de 70% des résultats de celle-ci pour que l’emprunt soit toujours remboursable.

Sachez que les déblocages anticipés de vos plans d’épargnes sont possibles pour financer une reprise d’entreprise ou l’achat d’un local.

Les courtiers en crédit

Si vous ne savez vraiment pas comment vous sortir de cette impasse du financement pour votre entreprise, vous pouvez faire appel à des courtiers spécialisés qui œuvreront pour vous afin de réunir les financements nécessaires. Il faudra prévoir une somme pour rémunérer ces experts qui agissent comme des facilitateurs auprès des banques en se chargeant de leur préparer un dossier complet et solide.

 

Les prêts d’honneur

Les organismes comme Réseau Entreprendre ou Initiative France peuvent vous allouer des prêts à taux zéro, sans garantie, à titre personnel. Ils réunissent des commissions devant lesquelles vous devez défendre votre projet. Ils ne constituent qu’un complément à vos fonds propres et vous permettent d’obtenir plus facilement le concours des banques.

Le crédit-vendeur

Le repreneur peut obtenir du cédant un crédit, ce dernier concède à ne pas recevoir la totalité du montant lors de la signature du contrat de la cession, le repreneur effectuera des paiements différés pour solder son rachat. Dans ce cas de figure, la confiance est le socle sur lequel repose cet accord car ce type de crédit s’assimile à un crédit bancaire et le cédant s’expose à un risque d’impayés.  La transmission d’entreprise est un long processus risqué, si vous voulez en apprendre davantage vous pouvez consulter cet article de Magaweb sur le sujet.

Les aides régionales de la BpiFrance

Vous pouvez également entrer en contact avec la BpiFrance de votre région, elle accorde des garanties pour le financement de reprises d’entreprises ambitieux et facilite ainsi l’obtention d’emprunts aux entrepreneurs dans les phases les plus compliquées de leur projet.

Les fonds d’investissements

Vous pouvez essayer de lever des fonds auprès d’investisseurs, ce qui peut prendre plusieurs mois. Les fonds d’investissements injectent souvent dans des projets à fort potentiel de croissance auquel ils apportent en sus leurs expertises de l’entreprenariat. Ces fonds d’investissements comme les Business Angels s’adressent à des projets en phase de lancement mais peuvent aussi répondre à des entreprises en rachat ou en développement.

 

Si vous voulez en savoir plus sur la reprise d’entreprise et notamment les frais à prévoir, vous pouvez lire cet article de BFM Business.