Le Mont-Saint-Michel est un haut lieu touristique de France. Il est bâti sur un îlot rocheux.

236 0

Le Mont-Saint-Michel fait partie des sites touristiques les plus visités de France. Retrouvez dans cet article sur l’histoire du Mont toutes les informations pratiques pour venir visiter l’Abbaye du MontSaintMichel.

Histoire du Mont-Saint-Michel

Au Mont-Saint-Michel, pèlerins et voyageurs y affluent depuis plus d’un millénaire. Le Mont-Saint-Michel est un îlot situé en Normandie . Il est relié par une digue au continent, et il se dresse majestueusement au milieu d’une grande étendue de sable lissé par les puissantes marées qui envahissent la baie. Le rocher du Mont-Saint-Michel est en forme de cône et est surmonté d’une église abbatiale, de monuments monastiques, de maisonts, de terrasses, de jardins, et de fortifications.

Autrefois, le Mont était rattaché à la terre ferme et constituait une simple saillie rocheuse au milieu de la forêt marécageuse qui recouvrait cette partie de la région. L’îlot s’appelait alors « le Mont-Tombe » à l’époque du haut Moyen Âge.

Le Mont, c’est une belle idée de séjours pour vos vacances et vos week-ends de par son isolement et sa tranquillité, attira assez vite un groupe de moines qui construisirent un petit oratoire, et ils restèrent les seuls habitants jusqu’en 708. C’est à l’époque des derniers rois mérovingiens que l’archange saint Michel, (selon la légende) apparut à l’évèque d’Avranche, saint Aubert, en rêve. Saint Michel lui ordonna de construire un sanctuaire sur le Mont-Tombe. Sceptique, Aubert obligea saint Michel à renouveler sa demande. L’archange, au cours de sa troisième visite, toucha du bout du doigt le front de l’évèque afin de le décider à lui obéir. Une série de miracles aida Aubert : un taureau volé fut découvert à l’endroit où la première pierre de granit devait être posé, un bébé d’un simple coup de pied déplaça un rocher encombrant, et saint Michel révéla l’emplacement d’une source d’eau douce.

C’est pour cela que le Mont-Saint-Michel devint très vite un lieu de pèlerinage. La consolidation du pouvoir des ducs de Normandie en 966, fit qu’une cinquantaine de moines bénédictins s’installa. Ces moines construisirent l’église préromane qui est connue maintenant sous le nom de « Notre-Dame-sous-Terre ». Aujourd’hui, cet édifice est l’une des cryptes qui servent de soubassement à l’église romane. Le chantier de l’église abbatiale, qui se trouve au sommet du rocher, commença en 1020. Le chantier fut terminé après plus d’un siècle de travaux très difficiles à cause des pentes escarpées. Par la faute de plusieurs effondrements, de nombreuses parties de l’église furent restaurées au fil des années. Mais le choeur de l’église fut rajouté au XVe siècle et il est de style gothique.

 

Le deuxième monument important du Mont est « la Merveille », et se trouve sur le versant nord de l’île. Cet ensemble conventuel de style gothique fut construit entre 1211 et 1228. La Merveille se divise en deux parties, composées chacune de trois étages. La partie orientale comprend : l’aumônerie au rez-de-chaussée, au-dessus c’était la salle des hôtes où étaient accueillis les riches visiteurs, et encore au-dessus il y avait le grand réfectoire des moines ; Dans la partie occidentale, se trouve le cellier qui est surmonté par la salle des Chevaliers qui est aussi appelé « le scriptorium ». A cet endroit, les moines copiaient les manuscrits avec un grand luxe d’enluminures. En 1469, Louis XI fonda l’ordre des chevaliers de Saint-Michel. Ses membres se réunissaient dans cette salle. A l’étage au-dessus se trouve le cloître

 

Durant le Moyen-Âge, le Mont-Saint-Michel fut l’objet de rivalités et de batailles. Lors de la guerre de Cent Ans, il résista aux assauts des Anglais, puis à ceux des Huguenots en 1591. Mais la communauté monastique eut un déclin irréversible : lorsque la révolution ferma le monastère, il ne restait plus que 7 moines. Le Mont fut utilisé comme prison. En 1810, l’Empire y installe une maison centrale qui accueillit les condamnés de droit commun ainsi que quelques prisonniers politiques. En 1863, il n’y eut plus de prison, date à laquelle l’abbaye fut classée monument historique par Napoléon III. A partir de ce moment là, le Mont-Saint-Michel fut en grande partie restauré. Dès lors, il devint un important lieu touristique français.

 

En 1922, le culte catholique fut rétabli. Il est maintenant possible, pour ceux qui le veulent, d’y faire une retraite temporaire, loin du monde